multimedialabpoule

Le monde numérique et l’énergie de notre planète

Si Internet était un pays, il serait le 3ème plus gros consommateur d’électricité au monde.

Le monde numérique et l'énergie de notre planète

LE MONDE NUMÉRIQUE ET L’ÉNERGIE DE NOTRE PLANÈTE

Outre les déchets électroniques qu’elles produisent, les technologies en ligne sont terriblement énergivore.

Marie Fresnois en parle dans Eternal Existence , son excellent mémoire de fin d’étude à l’Erg :

[…] le numérique agit dans le monde physique. On pourrait même dire qu’il n’a pas d’autre mode d’existence que d’être indéniablement rattaché à notre territoire physique. Pour fonctionner, Internet a besoin d’infrastructures matérielles : de réseaux câblés souterrains, d’usines à serveurs (appelés data center), d’électricité et d’eau pour alimenter et refroidir ces serveurs, etc.

Autrement dit, les machines du monde numérique consomment l’énergie de notre planète, et si on le considère en tant que territoire, il est actuellement le troisième pays plus gros consommateur d’énergie au monde, pompant entre 10 à 15 % des ressources mondiales, soit l’énergie de 100 réacteurs nucléaires.

En perpétuelle ascension ; avec notamment la prolifération d’objets connectés en tout genre ; le numérique sera, selon les prévisions, le 1er consommateur d’énergie au monde en 2030.

Une autre étude prévisionnelle menée par des chercheurs de l’université d’Hawaii concerne le bitcoin. Si cette monnaie virtuelle était utilisée et adoptée universellement sur Internet, la température de la Terre augmenterait de 2°C […]

[…] Si Internet était un pays, il serait le 3ème plus gros consommateur d’électricité au monde avec 1500 TWH par an, derrière la Chine et les Etats-Unis. Au total, le numérique consomme 10 à 15 % de l’électricité mondiale, soit l’équivalent de 100 réacteurs nucléaires. Et cette consommation double tous les 4 ans ! […]

Eternal Existence
Marie Frenois, Mémoire de fin d’étude, Erg (École de recherche graphique), Bruxelles, 2017-2019
https://eternalexistence.online/memoire.html

Grey line

LIENS

Pour aller plus loin :

● Le numérique, mauvais élève de la transition énergétique
Guillaume Ledit, Usbek & Rica, 2018
Voir l’article

● Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne :
le nouveau rapport du Shift sur l’impact environnemental du numérique
Voir le rapport

● Pollution : Le poids d’Internet
Eric Legay, Physiobell Consulting, 2019
Voir l’article

● Le coût écologique d’Internet est astronomique et personne ne le voit
S. Barret, mrmondialisation.org, 2017
Voir l’article

● Comment le numérique pollue dans l’indifférence générale
Sylvain Rolland, latribune.fr, 2018
Voir l’article

● Numérique : le grand gâchis énergétique
Laure Cailloce, CNRS Le journal, 2018
Voir l’article

● La pollution d’internet
Romain Haonfaure & Jean-François Rochas-Parrot, lesecolohumanistes.fr, 2016
Voir l’article

● Carbonalyser : l’extension de navigateur qui révèle combien surfer sur le web coûte au climat [Firefox only]
Voir l’extension Firefox

Grey line

Cours ‘Arts numériques – Atelier’, Pôle Art, Erg (École de Recherche Graphique) 2019-2020.
Professeur : Marc Wathieu.

Grey line


Post a comment

You must be connected to post a comment.