multimedialabpoule

La Wallifornie

HEAJ à Namur : création radiophonique !

La Wallifornie

Grey line

Grey line

Hotel Wallifornia
À la recherche de la Wallifornie
Durée : 21 minutes
Entre mythe et utopie, des étudiant.e.s de la Haute École Albert Jacquard partent à la recherche de la Wallifornie pour un micro-trottoir dans les rues de Namur.
https://www.radiorectangle.be/fr/hotel-wallifornia.html

Grey line

Un projet dans le contexte du cours de création Sonore (Bac 2 – Image réelle) donné par Marc Wathieu à la HEAJ (Haute Ecole Albert Jacquard) à Namur.

Grey line

OBJECTIF

L’objectif de ce projet est la réalisation – par groupes de 3 étudiant(e)s – d’un contenu radiophonique court sous forme d’enquête urbaine (micro-trottoir), exprimant une collecte d’opinions sur le thème de la Wallifornie.

INTRODUCTION

CONTEXTE

Compte tenu du volume d’heure modeste de cette session de cours (25 heures en 4 séances de cours, voir planning ci-dessous), nous nous concentrerons sur :
● la préparation du tournage (écoute d’exemples, contexte éditorial, tests techniques)
● la prise de son (micro-trottoir en extérieur)
● la sélection des rushes (écoute et découpe des prises originales)
● le montage (enchaînement des rushes)

Nous laisserons de côté la phase de mixage (corrections spécifiques, compression, équalisation, mastering), nécessitant l’apprentissage de techniques avancées.

Au cas par cas, cette tâche pourra être prise en charge par un collaborateur extérieur, dans le contexte d’une diffusion possible sur la plateforme de podcasts Radio Rectangle (voir ici), et plus particulièrement dans le podcast “La vie rectangulaire“.

Grey line

SÉANCE D’ÉCOUTE

En préambule, nous procéderons à une écoute attentive, analytique et commentée d’extraits choisis parmi les réalisations suivantes :

Micro-Trottoir – Le micro-trottoir universel (Thomas Baumgartner, 2005) 1:03
Merde in France – Rien ne va plus dans ce pays (Arte Radio, 2006) 1:03
Perroquet (David Chomentowski, 2003) 9:09
Chez Martine – Le bar où les Belges s’aiment encore(Irvic D’Olivier, 2011) 26:32
Canis Lupus Belgicus (Irvic D’Olivier & Guillaume Abgrall, 2016) 48:18 [Lien natif ici].
Fume, c’est du belge (extrait), Marc-Henri Wajnberg et Eric Angelini.
Canal Strip (Sarah Moon Howe, 2013) 43:11

En réserve :
Sex and sounds, série en 28 épisodes produite par Arte Radio.
C’est tout meuf, une websérie produite par la RTBF. Voir l’ensemble des webséries.
Le brin de ca (Magali Schuermans & Chafik Allal, 2007) 12:10

Grey line

CADRER NOTRE SUJET

La Wallifornie est un territoire mythique désignant une zone géo-politico-économique belge située en région wallonne.

Contraction de “Wallonie“ et de “Californie“, le néologisme Wallifornie est apparu dans la sphère politique dès la fin des années 80. Il souligne à l’origine le rêve d’un essor pour la Wallonie, à l’image du Brabant wallon perçu comme une sorte de Silicon Valley wallonne en raison d’une forte présence d’entreprises performantes dans le domaine des nouvelles technologies.

Le terme Wallifornie a connu en 2010 un important regain de popularité suite à son usage fréquent au sein de la communauté hip-hop belge francophone pour désigner ironiquement l’idée d’un Eldorado wallon, d’une fiction ou d’un mirage économique.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wallifornie

Sources & références :
La Wallifornie, territoire mythique, Hélène Molinari, C4 magazine, 21 mars 2016
Dossier : Une autre Wallifornie est possible, C4 magazine N°226, Automne 2015, pp. 18-57
Une autre Wallifornie est possible, C4 magazine en ligne, 23 septembre 2015
Au coeur de la Wallifornie, Thomas E. Florin, Gonzaï n°14, février-mars 2016, pp 54 à 61
NOW Magazine – Wallifornia Park (Ardentes 2016)
Wallifornication en Wallifornie, Helmond B, NOW (Natives of Wallifornia), 25 novembre 2014
King Lee : Menace2 Wallifornie
Partyharders : The Pope Of Dope

Grey line

LES OUTILS

Pour ceux qui en disposent : apportez smartphone, petit enregistreur, casque (fermé).
J’apporte :
1 X Zoom H4 [Image] [Manuel]
1 X Zoom H6 [Image] [Manuel]
2 X Tascam DR-05 [Image] [Manuel]
1 X Yamaha Pocketrack C24 [Image] [Manuel]
L’école dispose de 2 X Zooms H4 et de casques audio que je réserverai pour l’occasion.

Pour le montage, nous travaillerons avec Audacity, un logiciel d’édition de son, libre, gratuit et multi-plateforme. Il est doté de différentes fonctions puissantes et bien conçues permettant de découper, de monter, voire de traiter ou filtrer le son. Il ne possède cependant pas l’ergonomie d’un logiciel multi-pistes, puisqu’il s’agit d’un outil d’édition. Il est toutefois possible d’ouvrir un assez grand nombre de pistes, de les mélanger, puis de les réduire en stéréo ou en mono. Votre seule limite sera l’encombrement et la lisibilité de l’interface.
Éditer le son avec Audacity.

LES 4 POINTS FORTS À PRIVILÉGIER

1. La préparation du tournage
L’approche générale (ton, état d’esprit), les questions à poser, l’attitude à adopter lors des interviews, le test technique.

2. Le tournage
Lors de l’enregistrement des prises de paroles, le nombre d’intervenants (et leur diversité) rendra la sélection ultérieure d’autant plus confortable et apportera du relief et des contrastes lors du montage. À l’issue du tournage, vous aurez collecté un ensemble significatif de prises de dons que vous veillerez à sauver sans tarder et à archiver correctement.

3. La sélection des rushes (‘dérushage’)
Écoute attentive et repérage des meilleurs passages.
Découpe et préparation au montage : chaque rush sera soigneusement découpé (très court fade in/fade out), normalisé à -1 dB (voir explication en annexe ci-dessous) et sauvé, tout en préservant évidemment les prises originales.

4. Le montage
Juxtaposition et enchaînements des rushes choisis, intégration d’une signature sonore en entrée (jingle/générique « La Wallifornie ») et de ponctuations (ambiances, événements sonores). Veillez au rythme et à la cohérence de l’ensemble.

LES 4 COMPOSANTS DE VOTRE RÉALISATION

1. JINGLE : il s’agit d’une courte signature, faisant office de générique de début et/ou de ponctuation lors du montage. À partir d’un repère de tonalité (le la 440), enregistrement collectif de la phrase mélodique “La Wallifornie“ sur le thème de “La Californie“ de Julien Clerc, voir ici (possible aussi : fredonner (en “musant“ des “mmmmm“, bouche fermée), enregistrements en solo, etc).

2. INTERVIEWS : les interviews (micro-trottoirs) viseront à capter un condensé d’opinions, une palette contrastée de points de vue, matière de base qui fera ensuite l’objet d’un montage.

3. AMBIANCES : malgré la brièveté du format, quelques ambiances serviront à ponctuer la réalisation lors du montage final.

4. SILENCE : chaque lieu possède sa propre qualité de silence. Il convient d’en enregistrer environ 1 minute à chaque endroit d’enregistrement. Ce silence sera utile pour effectuer des raccords lors du montage.

LA RÉALISATION EN 6 ÉTAPES

En prélude :
Un memo (.pdf) consacré à la prise de son et au montage, extrait du “Guide de l’atelier radio“ réalisé par le GSARA.
→ Le “Guide de l’atelier radio“ complet est disponible par ici.
→ La mallette pédagogique de L’Œil à l’écoute propose des fiches téléchargeables (.pdf), dont l’une est consacrée au micro-trottoir, voir par ici.

1. TEST TECHNIQUE
Pour éviter les mauvaises surprises, un test préalable est indispensable afin de comprendre le fonctionnement de l’enregistreur (directivité et réactivité des micros, gestion technique de l’enregistrement) et de cadrer correctement une voix parlée.
Un prise en main de 30 minutes devrait suffire pour :
• enregistrer une voix parlée en spécifiant la distance du micro (5 cm, 15 cm, 30 cm, 50 cm, 1 ou 2 mètres) puis ré-écouter et constater la notion de plan sonore (très gros plan, gros plan, plan moyen, plan large, paysage, etc).
• en déduire la bonne distance pour enregistrer un interlocuteur (10 à 15 cm) avec l’axe du micro perpendiculaire à la bouche.
• apprendre à choisir un endroit propice afin d’éviter les bruits parasites : machines (distributeurs, frigo, ventilateur), rumeurs de foules, entrée de lieux publics avec portes qui grincent et diffusion intempestive de Muzak, etc.
• éviter la saturation en contrôlant les niveaux d’enregistrement
• enregistrer dans un format de qualité (WAV 24bit).

→ Voir ici la vidéo : Production Dialogue – Microphone Placement de Colin Hart.

2. QUESTIONS
Comment aborder un passant, quelles questions poser, et comment ? Utilisez des questions ouvertes (“Que pensez-vous de…“ ?), simples et précises. Pas de questions fermées (auxquelles on peut répondre par oui ou par non).
Trouvez la bonne formulation : “Selon vous, qu’est-ce que…?“, “Que pensez-vous de…?“, “Quelle serait votre définition de…?“
Au préalable, préparez quelques questions, y compris des questions de relance. Elles aideront vos interlocuteurs à développer leur réponse et vous permettent de collecter davantage de matière.
Important : veillez à ne pas interrompre votre interlocuteur ! Laissez-le s’exprimer complètement, quitte à laisser du silence pour le laisser venir. Les paroles ne doivent pas se chevaucher.

3. RÉPONSES
Comment anticiper les réponses, comment scénariser la rencontre et la captation de paroles ?
Type de réponses attendues ou induites : témoignage (vécu personnel), propos ou anecdote (propos rapporté, information colportée, rumeur), opinion (je pense que…)
Détournement possible, exemple : poser la question “Pour vous, c’est quoi l’Eldorado ?“, puis – lors du montage final – recontextualiser la réponse obtenue (“Pour vous, c’est quoi la Wallifornie ?“)

4. ENREGISTREMENT
Vous aurez testé les fonctionnalités de base de votre enregistreur au préalable. Rappel : positionnez correctement le micro à proximité de la bouche de votre interlocuteur et prévoyez une bonnette ou une chaussette (pour protéger votre micro/smartphone contre les coups de vent). Aussi : réduisez les bruits de manipulations (qui peuvent s’entendre dans l’enregistrement) en évitant de bouger les doigts sur votre appareil. Ce memo (.pdf) vous sera utile utile !
Par ailleurs, rappelez-vous de l’aspect performatif d’une interview commenté lors du cours (Voir notamment cet extrait de Fume, c’est du belge de Marc-Henri Wajnberg et Eric Angelini.) : quel comportement adopter ? Comment se présenter ? Accessoire visible, habillement (dresscode ?, T-Shirt HEAJ ? Fausse moustache ? Micro factice ?)… On peut s’attendre à de petites scènes inattendues et pleines d’authenticité (écouter ici une séance de tentatives de jingles pour Radio Rectangle captée sur le marché de Huy).

5. DÉRUSHAGE
Une fois la captation réalisée, veillez à archiver immédiatement les prises, en conservant leur nom initial. Procédez ensuite à une écoute attentive afin d’y repérer et de sélectionner les meilleurs moments, les plans-clés et les temps forts (les plus significatifs, les plus drôles, etc). Les réponses seront mises en évidence et privilégiées, quitte à supprimer les questions (ou certaines d’entre elles). Quel que soit votre outil, il sera nécessaire d’aménager votre travail à l’aide d’un chutier* bien organisé, permettant de simplifier la manipulation du matériel en vue du montage. Chaque rush sera sauvé individuellement.
Tip : Identifiez clairement les catégories de sons en nommant vos fichiers de manière appropriée (et non-ambiguë). Par exemple : les ambiances (amb_rue_01.wav, amb_rue_02.wav, etc), les voix (voix_interview_01.wav), les silences, les sons additionnels ou effets, etc…
* Les logiciels multipistes automatisent l’organisation d’un chutier (un dossier nommé “Audio files“, ou un ensemble de dossiers).

6. MONTAGE
Au delà de tout artifice, l’idée est avant tout de procéder à une sélection pertinente parmi les sons récoltés, puis de les enchaîner avec soin, afin de créer un ensemble cohérent et équilibré, représentatif de la diversité des opinions captées.
Pour le montage des rushes, notre grammaire sonore sera constituée de deux procédés élémentaires constituant les bases du montage : l’assemblage et les fondus.
L’assemblage des différents rushes (plans, ambiances, paroles, etc) pose des questions de structure (charpente) et d’écriture (succession et chronologie des plans, construction d’un récit à plusieurs voix, principe d’une mosaïque, etc), mais aussi de rythme (tempo), de fluidité (enchaînements et fondus), de relief (contrastes, cuts), d’espaces (valeurs de plans, superpositions, perspective sonore), d’immersion (son d’ambiances), etc.
Les fondus d’ouverture (fade-in), fondus de fermeture (fade-out) et fondus enchaînés (cross-fade ou X-fade) permettent de gérer avec soin les transitions sonores, de juxtaposer les rushes avec plus ou moins de souplesse ou de fermeté.
Le montage résultera précisément de ces traitements, de cette écriture exprimant une continuité cohérente, une logique intrinsèque, un récit sonore.
Tip : le montage est un jeu de construction. Une fois les pièces du jeu clairement identifiées lors du dérushage, il faudra imaginer une première charpente (appelée un “ours“), placer les “premières pierres“ structurantes, puis ensuite affiner. Répondre aux questions “Par quoi commencer ?“ et “Comment finir“ peut être une manière d’avancer. Ou encore : démarrer par l’enchaînement de deux ou trois rushes peut donner naissance au corps d’un montage.

Signe W

REMISE, CRITÈRES & PLANNING

REMISE

Dans un dossier nommé “Noms_et_Prénoms“, remise de 4 éléments :
01. votre fichier final “La Wallifornie“ (4 minutes maximum, format WAV)
02. les prises originales dans un dossier nommé “prises“
03. les rushes sélectionnés dans un dossier nommé “Rushes“.
04. Photos : dans un dossier nommé “photos“, remise d’une image par étudiant(e) avec un gros plan du signe “W“ (voir ici) qui servira à personnaliser la publication (.jpg, couleur, format carré 2000 X 2000 pixels, 300 DPI).

Grey line

CRITÈRES

● Respect des consignes de remise (voir les 4 points ci-dessus).
● Qualité des prises de son : compréhension (intelligibilité), niveaux.
● Qualité des rushes : pertinence de la sélection des rushes par rapport au sujet.
● Qualité du montage : cohérence, soin apporté aux enchaînements (fade-in/fade-out, crossfade), contrastes, relief, rythme, confort d’écoute.

Grey line

PLANNING

Mar 16.10.2017 : 4h :
• Collectif :
– introduction & écoute d’exemples
– consignes du projet & contexte éditorial
– infos techniques & tests

Mer 07.11.2017 : 8h :
• Collectif :
– rappel des consignes & approche éditoriale
– enregistrement collectif : jingle « La Wallifornie »
• En groupe :
– collecte de parole dans la ville (option : Marché de Namur Gare, place de la Station de 12h à 18h, voir Google map)
– collecte d’ambiances, collecte de silences (pour le montage)
– enregistrement jingle « La Wallifornie » (enregistrements individuels, voix solo uniquement)

Mar 27.11.2017 : 9h :
• Collectif :
– informations techniques (Audacity)
• Par petits groupes :
– dérushage
– montage

Mar 11.12.2017 : 4h :
• Collectif :
– remise
– écoute collective
– bilan & commentaires
– corrections éventuelles

ANNEXES

DO YOU SPEAK WALLIFORNIEN ?
PETIT LEXIQUE DES WALLIFORNISMES

Boyard Land
Boriwood
Belgikistan
Belgistan
Carolywood
Carolofornie
Charleroi Über à l’aise
Liège Tox City
Los AngeLiège
Malib’Ougrée
Monte Carolo
Rockerill
San Carolo
Seraingrad
Wallabama (Ardenne belge)
Wallagonie
Wallbanie (le Hainaut et les “régions sinistrées“ par la fermeture des industries)
Wallifornie (de Bruxelles à Arlon)
Wallifornia Beach (battle de crews au festival Les Ardentes)
Wallifornia Über Alles
Wallifornication
wallo-romaine (civilisation)
Wallokyries (personnages du Ring de Wagner)
Wallonistan
Walloween
Wallywood

Grey line

BON À SAVOIR

NORMALISATION
la normalisation permet d’ajuster (augmenter ou diminuer) le niveau général d’un enregistrement. Tout en conservant l’intégrité du son, cette opération tend à optimiser le confort d’écoute : elle permet d’amener un ensemble de sons au même niveau de volume sonore, à le rendre plus homogène.
Normaliser avec Audacity :
Audacity > Effets > Normaliser
Supprimer tout décalage DC (Centrer verticalement à 0.0) : Cocher la case
Normaliser l’amplitude maximale à : -0.5 dB (normaliser vos sons à -0.5 dB permet d’éviter toute sensation d’agressivité).
→ En savoir plus sur la normalisation : https://fr.wikipedia.org/wiki/Normalisation_audio
→ Normaliser un son : http://voyard.free.fr/textes_audio/mots_du_son/normaliser.htm

COMPRESSION
La compression est un traitement qui réduit l’écart entre les sons les plus faibles et les sons les plus forts. En d’autres termes, il augmente le niveau des sons faibles et réduit le niveau des sons les plus forts. La compression renforce l’homogénéité de votre son.
Compresser un son avec Audacity :
Audacity > Effets > Compresseur
Un réglage de base à tester :
Seuil : -20 db
Ratio : 3.1
Attack Time : 0.1 sec
Decay Time (Release) : 1.0 sec
→ En savoir plus sur la compression : https://fr.wikipedia.org/wiki/Compresseur_%28audio%29

Grey line

LIENS UTILES
L’atelier radio : pistes et inspirations, un dossier pédagogique réalisé par le Gsara ASBL (Guillaume Abgrall et Isabelle Tonglet), Septembre 2015 (.pdf)
Découvrir le logiciel Audacity.
Colin Hart : Production Dialogue – Microphone Placement.

INSPIRATION SONIQUE
Arte Radio.

INSPIRATION WALLIFORNIENNE
NOW Magazine – Pieces of W : Garrett List
NOW Magazine – Pieces of W : Sacha Toorop
NOW Magazine – Pieces of W : The Experimental Tropic Blues Band
NOW Magazine – Wallifornia Park (Ardentes 2016)

Grey line

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

• Le geste radiophonique – Audiographie d’un atelier, Ouvrage collectif, ACSR / La Villa Hermosa, 2017
• Carnet d’écoute, Ouvrage collectif dirigé par Christian Leblé, Phonurgia Nova/Centre Pompidou, 2004
• La tentation du son, Ouvrage collectif dirigé par Kaye Mortley, Phonurgia Nova, 2013
• Planètes sonores (radiophonie, arts, cinéma), Alexandre Castant, Éditions Monografik, 2010
• Yann Paranthoën, l’art de la radio, ouvrage collectif dirigé par Christian Rosset, Phonurgia Nova, 2009
• Field Recording – L’usage sonore du monde en 100 albums, Alexandre Galand, Le mot et le reste, 2012

Grey line

Cours de création sonore
HEAJ (Haute Ecole Albert Jacquard, Namur), 2018-2019.
Options “Image Réelle“.
Professeur : Marc Wathieu.

Voir le site de la HEAJ (Image Réelle).

Grey line


Post a comment

You must be connected to post a comment.